0692.61.65.00
contact@runconcept.com

Ocean Work Center, de l’idée au concret…

LOGO CINOR

Rapprocher deux écosystèmes French Tech, celui du Pays Basque et celui de La Réunion, l’audacieux pari engagé par la CINOR, dans le cadre de son Projet de territoire, est en passe d’être concrétisé.

La signature d’une convention de partenariat entre la Cinor, Digital Réunion et la Ocean Tech, ce mardi 24 avril, a pour finalité d’établir un partenariat stratégique entre les territoires du Pays Basque et de la Cinor aux fins d’ouvrir et d’animer un OCEAN WORK CENTER à La Réunion. Concrètement, un « Océan Work Center » est un espace de travail partagé, évolutif et pré-équipé des technologies nécessaires pour permettre l’accueil de startups. Son autre particularité, son intégration dans un réseau international de structures similaires (Australie, Brésil, Californie, Japon…).

Quatre jours de workshops, de conférences publiques et d’ateliers collaboratifs, ont réuni – entre Village by CA (Parc Technor) et Village Bienvenue (Sainte-Marie) – plus de 200 acteurs : entreprises leaders, start-ups, entreprises en émergence, Université, organismes de recherche, tête de réseaux dans les domaines du digital/numérique, de l’économie bleue et verte, de l’outdoor et des sports à forte sensations ou extrêmes (action sports), venus des quatre coins de La Réunion.

Biotechnologies, biodiversité, santé, pêche, océanographie, énergie marine, géomatique, génie côtier, électronique organique, servitisation[1], agriculture du futur et patrimoine culinaire, sont les principales thématiques qui ont fait l’objet d’échanges passionnés entre des acteurs tous spécialisés dans ces filières, mais qui, pour certains, n’avaient jamais eu l’occasion, avant cette manifestation, de se retrouver ensemble afin d’échanger sur leurs pratiques.

Les échanges qui se sont tenus ont plébiscité une approche de travail, la méthode living lab ou encore laboratoire grandeur nature, un concept, issu d’une méthode impulsée en 2006 par la Commission européenne et visant à placer l’utilisateur et le citoyen au cœur de la fabrication des projets.

Ramener l’usager au cœur de la dynamique d’innovation et de développement économique a ainsi pour conséquence de permettre aux entreprises d’avoir un temps d’accès plus rapide à leurs futurs marchés. Pour les collectivités locales d’impliquer le citoyen et l’usager dans la construction du projet et des politiques publiques. Il s’agit là d’un levier essentiel pour l’accélération d’entreprises et la création d’emplois.

Des projets concrets se sont révélés au cours de ces 3 jours de rencontres :

  • Constitution d’une base de données commune, de plus de 600 acteurs basques et réunionnais Digital et Actions Sports, qui a mis en évidence la richesse de l’écosystème réunionnais, notamment dans le secteur de la croissance bleue.
  • Identification de perspectives de projets collaboratifs autour des nouvelles technologies appliquées aux textiles (partenariat CYROI/Ocean Tech/IRD), gestion des éco produits de la pêche (partenariat avec INRA Pays Basque, ports de pêche de St Jean de Luz et Ciboure, starts-ups réunionnaise), valorisation des ressources marines,
  • Priorisation de sujets d’application de la méthode Living lab autour de problème concrets du territoire cinorien : Comment redéployer l’offre de pratiques sportives et de loisirs autour du SEVI / BOCAGE ? Comment offrir des espaces de pratiques de loisirs maritimes et fluviales sécurisés et adaptés à tout public ? Comment valoriser en mode Living Lab les ressources agricoles et le patrimoine culinaire créole ?
  • Mise en œuvre d’une dynamique d’échanges avec l’IRD et les unités de recherche présentes à La Réunion, autour de formations à renforcer sur la biodiversité, santé, etc., autant de champs de développement d’activités économiques pour créer les emplois de demain dans la e-santé, le digital, le sport bien être, le textile intelligent, l’alimentation, la silver économie et la croissance bleue.

A peine initiée, la dynamique fait déjà tâche d’huile. Anticipant la restitution des conclusions de ces 3 jours, Gerald MAILLOT et Jean Paul VIRAPOULLE, présidents de la CINOR et la CIREST, ont ainsi annoncé lors de la soirée de célébration des 20 ans de Digital Réunion, leur ambition d’une extension de la dynamique au territoire Est.

[1] La «servitisation» consiste à vendre les fonctions qu’offre un produit plutôt que le produit lui-même. Elle pourrait jouer à l’avenir un rôle majeur dans la mise en place d’une économie plus circulaire. Cette pratique existe déjà sous différentes formes telles que le leasing ou la location de véhicules ou d’appareils, mais il semble évident qu’elle pourrait être développée dans bien d’autres domaines. Un récent projet financé par l’Union européenne a ainsi exploré les moyens d’étendre la servitisation à d’autres secteurs économiques.