0692.61.65.00
contact@runconcept.com

Aux côtés des entrepreneurs, la Cinor souhaite 5 000 nouveaux emplois sur son territoire

Le 4ème Conseil communautaire de l’année s’est déroulé ce jour à Sainte-Suzanne, avec 47 rapports à l’ordre du jour. Comme le veut la période, la séance s’est ouverte sur la présentation des comptes administratifs 2016 et a largement abordé le Projet de territoire et ses déclinaisons concrètes, dont le Schéma d’accueil des activités économiques, les participations aux projets associatifs portant sur l’innovation et le développement de l’entrepreneuriat local, et le projet de transports par câbles. Les élus ont porté un vif intérêt aux divers points et les ont approuvés à l’unanimité.

Ce jeudi 29 juin 2017, le Conseil communautaire de la Cinor s’est réuni à Sainte-Suzanne, notamment pour statuer sur les comptes administratifs de l’année 2016. Voté à l’unanimité, le compte administratif s’établit à environ 135,15 millions d’euros en dépenses et 144,8 millions d’euros en recettes, pour le compte de gestion, budget principal et fonctionnement.

Sur la section investissement, la Cinor a engagé 41,24 millions d’euros, incluant le report du déficit 2015 de 7,2 millions d’euros, et a reçu plus de 35 millions d’euros. Le recours à l’emprunt a donc été très limité, les investissements étant majoritairement couverts par les ressources propres.

Lors de la présentation des comptes, le Président de la Cinor, Gérald Maillot, a tenu à souligner :  » Même si les indicateurs de santé financière sont satisfaisants, la baisse continue de la dotation globale de fonctionnement depuis 2013 qui, pour rappel, représente 8,3 millions d’euros sur la période 2013-2016, a impacté l’action de notre collectivité. Malgré cette contrainte forte, la Cinor a eu le souci de poursuivre la réalisation d’une politique d’investissement ambitieuse tout en préservant une épargne nette et un équilibre financier. » Au cours de la séance, de nombreux rapports ont rappelé l’ampleur du Projet de territoire de la Cinor (document de référence, qui reprend les ambitions et la stratégie de la collectivité jusqu’en 2030), et l’impact qu’il aura dans le développement durable et attractif des trois communes membres : Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, avec, indiscutablement, des retombées positives à l’échelle régionale.

La vision stratégique de la Cinor est le fruit d’une réflexion de longue haleine, portée par les trois maires, qui se sont engagés dans une gouvernance partagée depuis le début de l’année. Elle trouve une traduction concrète avec l’élaboration et la mise en œuvre du Schéma d’accueil des activités économiques. Ce dernier est né de la volonté des élus, de définir sur tout le territoire du Nord un parcours foncier et immobilier pertinent (réponse aux attentes des acteurs économiques), crédible (par rapport au territoire et ce qu’il porte) et distinctif (par rapport aux autres territoires).

Le Schéma d’accueil des activités économiques a fait l’objet d’une large concertation courant 2016, avec de nombreux acteurs économiques du territoire, tous secteurs d’activités confondus, ainsi que les organisations patronales, et les institutions impliquées dans la dynamique socio-économique de l’île. Cette concertation a permis de recenser les demandes effectives et les attentes en matière de développement. Celles-ci s’articulent autour des quatre leviers majeurs de l’action publique territoriale : « Foncier et immobilier », « Animation, ressources et formation », « Innovation et transfert technologique », et « Promotion, attractivité et internationalisation ».

En soutenant l’économie réelle et l’entrepreneuriat local, la Cinor souhaite la création de 5 000 emplois sur son territoire à l’échéance qu’elle s’est fixée dans son Projet de territoire, soit à horizon 2030. Pour y parvenir, plusieurs dispositifs d’accompagnement sont prévus et conforteront les projets structurants de la collectivité. Au cours de la séance, les élus ont notamment approuvé une prise de participation au sein d’une société coopérative d’intérêt collectif. La mission de l’entité consiste à créer les conditions favorables à l’expansion, la consolidation et l’implantation d’entreprises sur le territoire et à l’international. Egalement approuvée par les élus, la convention de recherche de développement pour la mise en place de l’observatoire du Littoral permettra dans un proche avenir de confirmer les investissements et les actions en faveur d’une croissance bleue, à haut potentiel en termes d’emplois à forte valeur ajoutée et d’avantages compétitifs pour La Réunion.

En marge des actions favorisant une nouvelle dynamique économique, le projet de transports par câbles entre dans une nouvelle phase. La première ligne, qui reliera les quartiers Chaudron, Bois-de-Nèfles et Moufia dès la fin 2019, est à l’étude technique en vue de constituer les appels à maîtrise d’ouvrage. La seconde ligne, annoncée lors du Salon de la Maison, fera l’objet d’une concertation publique au cours du troisième trimestre. Ce point d’étape a été voté lors du conseil communautaire. Le calendrier prévisionnel prévoit un démarrage des travaux fin 2019 pour une mise en service un an plus tard. D’un coût global estimé à 30 millions d’euros, cette seconde ligne reliera le quartier La Montagne et le boulevard Sud par une liaison téléportée de 1,24 km. L’étude des besoins identifie à ce stade un flux compris autour de 3 500 personnes par jour.