0692.61.65.00
contact@runconcept.com

Plan « Ma santé 2022 : un engagement collectif » :réaction de la Clinique des Flamboyants

Suite aux annonces faites mardi par le Président de la République Emmanuel Macron et  la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le docteur Gérard d’Abbadie, président de la Clinique les Flamboyants estime que « le gouvernement prend des décisions intéressantes et cohérentes »

 

« Le gouvernement veut développer les réhabilitations sociales, c’est une bonne chose. Les troubles psychiatriques provoquent l’isolement des patients et ces techniques permettent de retrouver  confiance et capacités à communiquer. C’est un préalable à toute réinsertion. Mais il faut aller plus loin maintenant et mettre tous les moyens possibles pour que ces mesures soient appliquées. La création d’un fond d’innovation organisationnelle nous permettra de faire des propositions d’organisation plus efficientes, utilisant le bon professionnel formé dans nos projets d’accompagnement dans les soins et la réinsertion. Le gouvernement prévoit également de donner de nouveaux moyens à la pédo-psychiatrie. C’est capital, c’est une période charnière de l’évolution de la personnalité pendant laquelle une fragilité identifiée peut être traitée durablement et éviter les évolutions vers la chronicisation. C’est un domaine où la recherche ou la validation des pratiques et leur évaluation jouent un grand rôle ».

 

La formation du personnel soignant est également l’un des grands axes de ce plan de santé. « Augmenter les compétences des médecins en psychiatrie est une excellente décision pour l’identification précoce des problèmes à traiter et diminuer ainsi les conséquences des maladies psychiatriques. Par ailleurs il y aura aussi un effet sur la stigmatisation qui se construit sur nos peurs de la maladie. Le médecin traitant joue un rôle important dans l’apaisement des souffrances.

Tout comme la formation des infirmiers formés en psychiatrie. Ce sont des collaborateurs efficaces qui auraient les moyens de se retrouver en première ligne avec la confiance que donne la formation.

A la lecture de ce plan santé, La Réunion fait office de précurseurs.  En effet, le gouvernement souhaite rendre obligatoire la mise en œuvre des projets territoriaux de santé mentale sur les territoires d’ici 2020. Le PTSM obligatoire permet de rapprocher tous les acteurs qui doivent intervenir dans le parcours de santé du patient présentant des troubles psychologiques ou psychiatriques. « Nous n’avons pas attendu le gouvernement pour mettre en place un projet territoriale, puisque nous y travaillons tous ensemble, depuis 2017. Mais compte tenu du retard que nous avons à rattraper, il faudra définir des priorités. Il faut toutefois savoir que la santé mentale n’est pas ce qui coute le plus cher en santé. »

 

En ce qui concerne le financement Priorité sera donnée aux plans régionaux de financement en psychiatrie. « Nous avons vraiment envie d’y croire. Notre spécialité profite actuellement d’avancées technologies que nous pouvons utiliser pour nos patients : la Résonnance Magnétique Trans-crânienne à répétition, la réalité virtuelle, la musicothérapie, les techniques de biofeedback qui permettent de donner au patient de recevoir une information sur des soins comme la relaxation par exemple…Comme vous avez pu le constater en lisant la presse ces derniers mois, nous risquons de perdre l’outil indispensable qu’est la sismothérapie, suite à une incompréhension de la situation par l’ARS OI. Cette priorité tombe à point nommé. »